jeudi 11 mars 2010

Rooney, Rooney (dansez, dansez)

Caramba. Non que le résultat me ravisse, en bon fan du Milan AC, mais entre la logique de la qualification de MU, la manière, et le 8e de finale disputé par l'attaquant anglais, c'était bien le moment de faire un post sur Lil'Wayne...

Cette saison, Wayne Rooney c'est 23 buts en Premier League (en 29 journées dont 27 jouées) et donc 4 en Ligue des Champions, tous inscrits face aux Lombards, un doublé de la tête à San Siro, et un autre doublé hier soir à Old Trafford. En clair, une saison monstrueuse pour le petit monstre du foot de sa Majesté.




"He's fat, he has no neck, he looks like fuckin' Shrek" chantaient (amicalement, hein), ses fans et détracteurs lors de sa première explosion médiatique après son transfert depuis Everton vers Manches-TAAAA. A seulement 24 ans (on l'oublie!), mesurant 1m78 pour 80 kilos, il est aujourd'hui le buteur le plus prolifique et le plus hype d'Albion... Même si on continue dans tous les stades de moquer son embonpoint ou ses oreilles satellite.


Le prince Charles et Dominic Monaghan...

En 2004, à seulement 19 ans, la mastondontique machine à gagner de Ferguson propose 45 millions d'euros pour l'attirer loin de Goodison Park, où il est toujours sifflé aujourd'hui. Désormais, il pèse 125 buts en 273 matches pour les Red Devils, auxquels s'ajoutent 25 buts en 58 sélections anglaises, cette même équipe qui devrait gagner la Coupe du Monde (ne riez pas, j'y crois).

Il réussit, cela va sans dire, sa meilleure saison cette année. En championnat, parfois blessé, il n'avait jamais dépassé les 16 buts (saison 2005-2006), pareil en Ligue des Champions où son top perso était de 4, en 11 ou 12 rencontres.





Ce dernier, dans un registre bon sentiments parfait pour les médias, a expliqué récemment ainsi son succès : "La vie d'un footballeur n'est pas facile. Les gens nous surveillent et nous prennent pour modèles. On doit alors essayer de se montrer à la hauteur sur le terrain et en dehors afin de ne pas décevoir les jeunes qui nous regardent. Quand j'avais rejoint Manchester United, je sortais la nuit pour aller dans les boîtes de nuit ou ce genre de choses. C'est fini maintenant. C'est sans doute dû à l'âge, mais c'est une décision personnelle".

Enfin, son influence cette saison va même plus loin, avec 32 buts toutes compétitions confondues, dont 16 ces dernières semaines, il a aussi offert d'un but décisif la Coupe de la Ligue à Man Utd il y a quinze jours face à Aston Villa.


"who ate all the pies
the burgers and the fries
u fat bastard u fat bastard
Wayne Rooney in Disguise"

1 commentaire: