lundi 12 avril 2010

On est les champions ?

Entre 122 couches et 2456 biberons, le week-end sport m'a offert deux petits plaisirs que je pensais enfouis dans les âbymes de la compétition. A savoir, compétitivement et footballistiquement parlant, la place de leader du classement consolidée par Marseille chez nous, et chopée après de longs mois intermilanais par la Roma en Italie...

Si la très belle série des Marseillais enchante beaucoup de monde et moi le premier - suffit par exemple de recenser les nombreux avis sur le "titre" entendus hier soir lors du match face à Nice - je préfère la jouer finaude, en me drapant dans le pénible "match après match" tant honni chez nos entraîneurs. Pourquoi ? La superstition, sans doute. Trop d'espoirs perdus (Courbis 99, Gerets l'an passé), des fins de saison en eau de boudin, des impasses imprévues et une ville qui tire la tronche (remember Lyon au mois de mai dernier, au Vélodrome, même si Bordeaux semblait alors bel et bien intouchable).

On résume pour l'OM : superbe série de victoires, talent, panache, collectif, fièvre populaire, calendrier favorable, et Bordeaux qui se noie dans son propre petit bain. Ok. Mais "match après match quand même", et hier soir ne pas oublier que c'était "seulement" Nice.



Si on traverse les Alpes, on rit et on se frotte les mains de voir qu'après quatre scudetti froids, dépassionnés, et dont tout le monde se branle en majorité, l'Inter est (un peu) tombé de son arrogant piédestal, laissant la première place à l'une des plus belles équipes du monde, la dynamique AS Roma. Symbole suprême, le but de l'inusable idole Totti lors de la victoire devant l'Atalanta- qui pourrait d'ailleurs revenir en Squadra Azzura. Un nouveau titre de champion à la clé, après celui de 2001 ? Stay tuned, amichi mei.

Et surtout écoutez le commentaire qui suit !!




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire